54256220_391956884935115_4719123190817751040_n (1)

🗹 Sébastien : "Ma femme a accepté que je fasse 7.000kms pour un match"

Ligue 1
22 Mars 2019 18h24

ï»żTraverser la planĂšte pour voir un match du Racing, voici ce qui pourrait rĂ©sumer les prochains jours de SĂ©bastien Kujath.

Inutile de lui demander oĂč il sera le 30 mars prochain : Je serais Ă  Lille pour assister Ă  la finale du Racing !. Lille qui n'est pas juste Ă  cotĂ© de chez lui : J'habite MontrĂ©al depuis 2006. Je suis strasbourgeois de naissance et naturalisĂ© canadien depuis 2013. SĂ©bastien n'a pas hĂ©sitĂ© une seconde Ă  prendre un billet pour la finale une fois la qualification en poche : J'avais dĂ©jĂ  hĂ©sitĂ© Ă  venir voir le Racing en fin de saison de National face Ă  Dunkerque. Je ne suis pas retournĂ© voir le Racing jouĂ© "sur place" depuis 2006 donc je n'ai pas hĂ©sitĂ© une seconde et ce match est le timing parfait pour aller voir ma famille et mes amis. Une 1/2 finale vĂ©cue depuis le QuĂ©bec : J'Ă©tais assez tendu comme pour les matchs de l'Ă©quipe de France lors de la coupe du Monde. LĂ , tu repenses Ă  tout ce que le club a traversĂ© depuis plus de 8 ans. C'Ă©tait magnifique, surtout avec ce dĂ©nouement heureux. Depuis le QuĂ©bec et MontrĂ©al, il arrive toujours Ă  suivre le club de son cƓur : Je regarde les matchs en gĂ©nĂ©ral en streaming. Ayant 6h de dĂ©calage horaire, les bleus jouent en dĂ©but d'aprĂšs-midi pour moi, pile Ă  l'heure de la sieste de mes filles. Il est trĂšs rare que je rate un match et j'ai une Ă©pouse trĂšs comprĂ©hensive, qui accepte de me laisser "faire 7.000 kms pour un match", comme elle dit. Et quand on lui demande depuis quand il est supporter du RCS : Probablement depuis ma naissance, j'ai 35 ans cet Ă©tĂ©. Ca n'a pas Ă©tĂ© toujours facile d'ĂȘtre supporter du Racing mais en ce moment ça paye ! Son meilleur souvenir en bleu ? Je me permets d'en mettre 2. Le fameux match de la montĂ©e face Ă  Rennes, je devais avoir 7/8 ans. On l'a regardĂ© Ă  la tĂ©lĂ©vision. Voir mon pĂšre, mes oncles et mes cousins aussi intenses devant un match m'a donnĂ© la piqĂ»re immĂ©diate. Ensuite, la victoire 4-1 face Ă  Marseille Ă  la Meinau avec des buts de Martins, Niang, Ljuboja et Ehret. J'ai cru que le stade allait exploser. Je n'arrivais plus Ă  parler pendant 3 jours et mes oreilles sifflaient encore pendant 48h. Enfin, pour le prono de cette finale : Allez, je dis 2-0 avec des buts de Ludovic Ajorque et Kenny Lala sur pĂ©no !








A propos de l'auteur

Romain