Vidéo

L'heure des retrouvailles !

Interview
Vidéo
8 Février 2019 16h00

Ce samedi soir, le Racing Club de Strasbourg accueillera le SCO d'Angers pour le compte de la 24ème journée du championnat de Ligue 1. Une rencontre qui aurait pu se disputer dans un certain anonymat. C'est sans compter sur l'occasion, pour le Racing qui réalise un début d'année 2019 tonitruant sur un rythme complètement effréné avec six victoires en sept rencontres disputées, de s'accrocher au peloton de tête en cas de victoire. Il aurait pu si le Racing. Et puis, n'oublions pas que certains joueurs signent leurs retrouvailles avec leurs anciens clubs.

On pense notamment à Pablo Martinez qui a disputé treize rencontres sous le maillot angevin. Il est vrai que ce n'est pas le meilleur exemple. On peut alors se retourner vers Ludovic Ajorque ! L'actuel attaquant du RC Strasbourg n'a disputé qu'un seul match avec l'équipe fanion c'est vrai, mais il est apparu à vingt-deux reprises avec la réserve et a trouvé le chemin des filets adverses pas moins de dix fois ! Petite anecdote, pour sa première apparition en professionnel avec Angers, Ludovic Ajorque était associé avec l'ancien Racingman, Jérémy Blayac. Ce dernier avait même ouvert la marque dès la 7ème minute de jeu face à Nîmes en Coupe de la Ligue. Nouri égalisait trois minutes plus tard et Romain Thomas libérait Angers dans les arrêts de jeu... Romain Thomas ou celui qui a offert le point du match nul face au Racing lors du match aller en Ligue 1 cette saison.

Mais ce samedi soir, l'émotion ne se trouvera pas à ce niveau-là ! La lumière sera projetée sur l'ancien attaquant du RCS, Stéphane Bahoken. Celui qui a porté à 133 reprises la tunique strasbourgeoise et a inscrit près de 30 buts en faveur du club alsacien signera son retour dans un stade de la Meinau qu'il connaît si bien. Après quatre saisons passées dans la capitale européenne, l'international camerounais signera ses retrouvailles avec son ancien public. Nul doute que ce dernier saura lui rendre un bel hommage lors de son entrée dans l'antre strasbourgeoise !

Stéphane Bahoken s'est même livré pour Direct Racing à la veille de cette rencontre comptant pour la 24ème journée de L1.

Comment se passe ta saison avec Angers ?

Cela se passe vraiment bien. Je me sens bien dans l'équipe. Je suis content de mon choix. Je retrouve ici ce que je suis venu chercher à savoir du temps de jeu, disputer tous les matchs. Prendre de l'expérience en Ligue 1 et devenir un joueur confirmé du championnat. Quand tu confirmes que tu es un bon joueur de Ligue 1, tout va bien. Quand j'ai signé à Angers je voulais montrer que je suis capable de m'imposer en Ligue 1.

Objectif maintien ?

Oui clairement, il faut se maintenir le plus rapidement possible, une fois celui-ci acquis nous verrons ou nous serons. Pour l'heure il nous manque trois points pour voir plus haut (actuellement Angers a 27 points). On reste sur une bonne opération (victoire face à Dijon 1-0), il faut que l'on continue comme ça.

Avec sept buts à ton actif, tu es dans les clous de ton objectif ?

Initialement je souhaitais dépasser le nombre de buts de la saison passée (7 buts), donc on peut dire que je suis dans les clous pour le moment.

Quel regard portes-tu sur le Racing aujourd'hui ?

Très sincèrement je ne suis pas du tout étonné de ce que le Racing produit. Le club récolte le fruit d'un bon travail, je ne suis aucunement étonné que le Racing soit si performant. C'est un jeu vraiment porté vers l'avant et ils prennent peu de buts. Donc quand tu prends peu de buts et que tu marques autant, c'est logique de te retrouver dans le TOP 5.

Thierry Laurey est un coach qui prône le beau jeu et l'offensive ?

Pour avoir passé deux saisons avec lui, c'est un entraîneur qui a toujours voulu avoir de la présence devant et qui veut du beau jeu offensivement. C'est sa marque de fabrique et c'est aussi pour ça que toute l'équipe peut marquer des buts. Pour revenir également sur la déferlante de certains journalistes concernant l'affaire "Neymar", Messi et Ronaldo prennent aussi des coups c'est pas pour autant qu'on en fait des caisses. On est en France, c'est comme ça !

Le Racing d'aujourd'hui, c'est une équipe où tu aurais apprécié de jouer ?

Quand on voit le nombre de buts inscrits et le jeu actuel, en tant qu'attaquant, forcément on prend du plaisir dans ce genre d'équipe. C'est toujours attirant pour un attaquant.

Le nouveau dispositif mis en place par Thierry Laurey aurait peut-être été plus bénéfique pour toi...

C'est un dispositif qui met bien en valeur les latéraux et ça laisse plus d'espaces aux attaquants.

La forme actuelle du Racing vous inquiète ?

Heureusement qu'elle nous inquiète ! Comme nous le rappelle le coach, Strasbourg a remporté sept de ses huit derniers matchs. La seule défaite c'est face au PSG. C'est inquiétant mais pas tant que ça. On sait aussi que lorsqu'on est sur un nuage, il peut y avoir des petits accrocs. En début de saison on a battu Lille qui était en forme, Toulouse également. On est performant face aux équipes en formes. C'est le foot, ce sera à nous de faire ce qu'il faut pour au moins ne pas perdre.

En gros vous allez mettre le bus ?

(Rires).

Tu as encore des contacts avec des joueurs du Racing ?

Oui quelques-uns, tous les anciens. Surtout Anthony Gonçalves, mais également Jérémy Grimm, Dimitri Lienard, Kenny Lala et Pablo de temps en temps.

On peut rapidement revenir sur les raisons de ton départ ?

Je pense que j'avais fait mon cycle au Racing. Après quatre saisons, j'avais besoin de voir ailleurs, de prendre de l'expérience ailleurs. De trouver un projet qui tourne un peu plus autour de moi.

Une partie des supporters te reprochent d'avoir signer dans un club avec un engouement populaire bien moindre qu'à Strasbourg. Tu veux répondre quoi ?

Quand tu es dans le monde du foot, que tu as le choix, tu dois choisir le bon projet sportif, l'environnement passe au second plan. Là je suis considéré comme un joueur titulaire. Je prends de l'expérience, je marque des buts. À partir du moment ou tu penses que tu dois aller voir ailleurs pour progresser tu te dois d'aller dans un projet qui te conviennes. Je n'avais pas envie de partir en D2 anglaise ou dans un club ou je n'avais pas totale confiance du coach.

Pour revenir sur le Racing. À quelle place tu vois le club terminer à l'issue du championnat ?

Strasbourg est capable de maintenir le rythme. Même les attaquants, quand un ne marque pas, ça tourne. Ils ont un gros potentiel. Tout le monde est performant. Je pense qu'ils vont finir dans le TOP 5 !

Comment tu vois ce match ?

Ce sera un match ouvert je pense. Nous l'idée de base c'est qu'on ne veut pas perdre. On sait que le Racing va attaquer. Ce sera à nous de grater quelque chose dans les espaces.

Un mot pour les supporters strasbourgeois ?

Je remercie encore les supporters. Car aujourd'hui encore je reçois énormément de messages. Beaucoup d'affection des supporters strasbourgeois. Je serais bien accueilli et ça fait très plaisir. Jamais je les oublierais.

Première à la Meinau dans le camp adverse, un beau moment aussi ?

Le stade sera plein, ce sera plein d'émotion.

Cela peut te déstabiliser ?

Avant le match et après le match, pendant je serais concentré. Mais ça fait bizarre après quatre années, venir en visiteur.


A propos de l'auteur

Jonathan Helbling

Co-fondateur du Direct Racing et d'Alsa'Sports, le sport c'est ma passion et je ne souhaite qu'une seule chose, vous la faire vivre au travers de nos sites en vous offrant l'information gratuitement !

Samedi 20 Avril
Stade de la Meinau
Strasbourg

VS

20h00
Montpellier
00
JOURS
00
HEURES
00
MINS
00
SECS